TE : Le Test d’endurance

Objectif : L’épreuve d’endurance doit apporter la preuve que le chien est capable de fournir un effort physique d’une certaine intensité sans montrer de signes de fatigue exagérés. Étant donné la morphologie du chien, l’effort requis ne peut consister qu’en une performance de course de fond, dont nous savons qu’elle requiert des efforts accrus des organes internes comme le cœur et les poumons et des organes locomoteurs.

L’accomplissement dans la facilité de ces efforts nous apporte la preuve de la santé physique du chien et de la présence de qualités que nous recherchons. Il ne sera pas tenu compte de l’élégance du mouvement : amplitude des foulées, amble, dos souple, etc….
Avant le début de l’épreuve, le juge réunit les candidats et leur explique la finalité du TE.


1- ORGANISATION :

Le Test d’endurance ne peut pas être organisé pendant les mois d’été,  du 15 juin au 30 septembre.
En dehors de cette période, la température extérieure ne doit pas excéder 22° C.
La participation à une endurance est une décision du propriétaire. Si des dommages survenaient au cours de l’épreuve au chien ou à son conducteur, le club ou l’organisateur ne pourrait en aucun cas être tenus pour responsable.

2 – INSCRIPTION DES CHIENS
L’âge minimum est de 18 mois, l’âge maximum est de 6 ans, 20 chiens maximum pour 1 contrôleur,   au-delà, un 2ème contrôleur  est nécessaire.
Les chiens doivent être inscrits au LOF, confirmés et radiographiés pour la dysplasie de la hanche stade (A) ou (B) lu par le lecteur officiel de L’UFR ou du pays d’origine.
Ils doivent être en parfaite santé et bien entraînés. Les chiens malades, qui ne sont pas en bonne condition, les chiennes en chaleur, gestantes ou allaitant ne sont pas autorisés à prendre part à l’épreuve.
Au début de l’épreuve, les participants doivent à l’appel de leur nom et du nom du chien, se présenter au contrôleur, leur chien au pied assis, et donner le pedigree et le carnet de test. Le contrôleur, accompagné du responsable de l’épreuve, doit s’assurer de la bonne condition du chien. Les chiens qui paraissent fatigués ou qui manquent de gaieté sont à exclure de l’épreuve.
Au cours de l’épreuve, les conducteurs doivent faire preuve de sportivité. Tout comportement inamical et atteinte au règlement peut amener à l’exclusion de l’épreuve.     La décision d’exclure un candidat appartient au contrôleur et au vétérinaire; elle est inattaquable et sans appel.

3 – EVALUATION
Il n’y a pas d’attribution de points ni de notes. On attribue seulement les mentions « admis » ou « refusé ». Lorsqu’on est « admis », on reçoit le titre « TE ».
Il est autorisé 3 possibilités de passages pour le test d’endurance. Si lors du dernier essai, le chien est « refusé », il sera alors reconnu INAPTE au TE.

4 – TERRAIN
L’épreuve doit se dérouler sur des routes et des chemins de nature variée.

DEROULEMENT DE L’EPREUVE DU «TE».
Le testeur/juge vérifie obligatoirement le tatouage et si le chien est tenu en laisse avec un collier non étrangleur.
La distance parcourue est de 20 km à une vitesse moyenne de 10 km à l’heure.

1-PARCOURS
Le chien doit se déplacer au trot normal, tenu en laisse. Il faut éviter une allure trop rapide. La laisse doit être tenue suffisamment longue pour que le chien ait la possibilité de s’adapter aux changements de rythme. Si le chien tire légèrement en devançant son conducteur, on ne pénalisera pas. En revanche le chien ne doit pas traîner, rester en arrière du conducteur en permanence.
Le rythme cardiaque sera relevé au départ, à l’arrivée de chaque étape.
Après 8 km parcourus, intervient la 1ère pause d’une durée de 15 mn. Pendant ce temps, le contrôleur et vétérinaire doivent observer les chiens et leur état de fatigue ou de fraîcheur.
Les chiens qui présentent des signes de fatigue évidents doivent être arrêtés (exclus de la suite de l’épreuve).
Après la pause, on effectue un parcours de 7 Kms suivi d’une pause de 20 minutes, pendant laquelle les chiens doivent avoir la possibilité de se déplacer librement et sans contrainte. Avant la fin de la pause, le vétérinaire doit à nouveau s’assurer de la forme physique des chiens, il regardera également les coussinets des chiens et vérifiera l’absence d’usure excessive.
Les chiens qui présentent des signes de fatigue excessive et ou des coussinets en sang sont à exclure de la suite de l’épreuve.
À la fin de l’épreuve de course (5 derniers Kms) intervient une pause de 15 mn. Le chien doit avoir la possibilité de se déplacer librement. Le vétérinaire doit constater si le chien présente des signes de fatigue et ou si les pieds sont en sang.
Il est souhaitable que le contrôleur, le vétérinaire et le responsable du concours accompagnent les chiens à vélo où les suivent avec un véhicule. Le vétérinaire notera les constatations qu’il fait concernant l’état des chiens.
Un véhicule doit suivre la colonne de chiens afin de pouvoir transporter et ramener les chiens qui ne sont pas en état de continuer l’épreuve dans de bonnes conditions.
Sont refusés à l’épreuve les chiens qui manqueraient de tempérament et de dureté, qui montrent des signes de fatigue excessifs ou inhabituels et qui ne peuvent respecter le rythme moyen de 10 km/heure mais demandent beaucoup plus de temps.

ATTENTION
Le responsable du concours doit fixer le lieu du départ de l’épreuve de sorte que tous les candidats aient la même distance à parcourir pour y accéder, afin de ne pas augmenter la fatigue pour certains.
Les conducteurs donneront à leur chien la possibilité de bien se vider en s’y rendant. Il est strictement interdit de transformer les pauses en pauses petit-déjeuner et de consommer de l’alcool.
Tout chien exagérément agressif sera « refusé ».